Les femmes de Daesh

Un film de Thomas Dandois

De Daesh, on connaît la place centrale des hommes. Dans « Daesh - Paroles de déserteurs », diffusé sur Arte en 2016, nous avons avec patience et minutie restitué la parole de combattants arabes profondément convaincus au départ par le bien fondé de l’idéologie extrémiste du groupe terroriste.
De Daesh, on connaît le rôle des enfants. « Ashbal - Les lionceaux du Califat », diffusé sur Arte en 2017, dressait les portraits de ces petites mains de l’Etat islamique, tour à tour agents de renseignement, bombes humaines ou chair à canon envoyés en première ligne des combats.
Aujourd'hui, naturellement, nous souhaitons aller au bout de ce travail de décryptage et d'enquête en engageant un travail en profondeur sur le rôle et la place des femmes de Daesh. Ce sera l'occasion de se départir d'un certain nombre d'idées reçues. On a longtemps pensé qu’elle n’étaient que de dociles et obéissantes épouses ou soeurs, forcées d'accompagner un mari ou un frère en Syrie ou en Iraq dans un réflexe de solidarité familiale patiné d’idéologie religieuse. On pensait surtout qu’elles s’étaient fourvoyées. Il n’en est rien.
Tout comme les hommes et les enfants, il apparaît que Daesh a pleinement intégré ces femmes, arabes ou occidentales, dans son dispositif opérationnel et de propagande. Loin d’être passives et cantonnées aux tâches ménagères et aux « obligations » maritales, ces femmes étaient pleinement actives. Beaucoup ont intégré le groupe terroriste par choix. Elles racontent ainsi leurs histoires, leurs motivations et leurs attentes.

GenreDocumentaire
LangueFrançais
ProductionMemento, Stenola Productions
CoproductionArte France, CNC, RTBF, Tax shelter.be
En production
 
Documentaire
     
52 min
     

Ce nouveau film documentaire est donc le troisième volet d’un triptyque qui raconte la machine Etat islamique de l’intérieur, par la voix de ses ouvriers, ceux-là mêmes qui l'ont faite fonctionner. Cette fois, on y relate le rôle des femmes, menace longtemps sous-estimée. Aujourd’hui, alors que Daesh capitule sur un plan militaire, la question des ces femmes prend même une nouvelle dimension. Qui sont elles réellement ? Quelles sont leurs motivations profondes ? Comment participaient-elles à la consolidation de l’organisation terroriste et à étendre son contrôle des populations par la terreur? Quel était précisément leur rôle opérationnel ? La disparition territoriale récente de Daesh signifie-t-elle l’effondrement de son idéologie pour ces femmes ? Sont elles, comme de nombreux experts le redoutent, conditionnées pour élever leurs enfants dans le culte de la violence et de la haine de “l’infidèle” ? Pour en faire les combattants de demain, prêts à se sacrifier pour que survive la pensée terroriste du groupe, dans le monde arabe et en Occident ?

x